Description

L’EMDR trouve son indication privilégiée dans le traitement de l’état de stress post-traumatique (PTSD) et les problématiques liées au trauma. Cette thérapie a donné lieu à un grand nombre d’études. Aux États-Unis, il y a en effet aujourd’hui plus de publications d’études contrôlées sur le traitement de l’état de stress post-traumatique par la thérapie EMDR que par tout autre type d’interventions cliniques, y compris les traitements médicamenteux.

Les recommandations pour l’usage de cette approche thérapeutique ne manquent pas, provenant des plus éminentes sociétés savantes reconnues sur le plan international pour leurs compétences en ce qui concerne la question du syndrome de stress post-traumatique (Crocq, 2014) ainsi que des instances mondiales de la santé (voir liste ci-dessous).

EMDR, acronyme de l’anglais Eye Movement Desensitization and Reprocessing, soit en français « Désensibilisation et Retraitement par les Mouvements Oculaires », a été développé par Francine Shapiro en 1987. Grace au développement de cette approche, Francine Shapiro obtient en 1994 le Distinguished Scientific Achievement in Psychology Award de l’Association Californienne de Psychologie pour sa découverte, et en juin 2002, le prix Sigmund Freud décerné à la fois par l’Association Mondiale de Psychothérapie et par la ville de Vienne (Roques, 2012) .

Son originalité réside dans l’utilisation de stimulations sensorielles bilatérales et alternatives, tout en invitant le patient à revenir sur l’expérience traumatisante. C’est ce qu’on appelle la désensibilisation. Dans sa forme classique, la stimulation bilatérale alternée (SBA) consiste à suivre des yeux les doigts du thérapeute alternativement de droite à gauche.

Mais on peut également utiliser d’autres formes de stimulations telle que les tapotements sur les genoux ou les bras (stimulation tactiles), ou aussi les stimulations auditives : tonalités dans un casque audio (Krarzia, 2019). L’objectif du processus EMDR est d’accéder aux informations mnésiques stockées et de les retraiter au moyen d’une procédure standardisée, incluant les stimulations bilatérales. Ceci permet de réduire la charge émotionnelle négative (Schneider, 2007) .

Institutions et organismes ayant reconnus l’efficacité de l’EMDR

  • Organisation Mondiale de la Santé (WHO)
  • International Society for Traumatic Stress Studies (ISTSS)
  • American Psychiatric Association (APA)
  • Haute Autorité de Santé (HAS)
  • Australian Centre for Posttraumatic Mental Health (ACPMH)
  • Institut National de la Santé et de la Recherche Médicale (INSERM)
  • Dutch National Steering Committee Guidelines Mental Health and Care
Scroll to top